Portrait

Rencontre avec The Marv

10 juin , 2015   Gallery

The Marv est beatmaker, elle nous explique comment elle compose et nous parle de ses sources d’inspiration. Elle est aussi responsable d’une « Ruche qui dit oui » et nous raconte son quotidien.

Face A : The Marv

The Marv est beatmaker depuis quelques années. Concrètement elle mixe des sons, des pistes, et en ajoute de nouvelles pour créer des morceaux. Quand elle compose un nouveau morceau, elle a déjà une idée du résultat final ; donc elle commence par créer les basses rythmiques. Ensuite, elle travaille des samples, et ajoute des instru supplémentaires. Il peut y avoir jusqu’à une quinzaine de pistes pour un seul morceau.

Baleine – Au départ, c’était le compagnon de The Marv qui était beatmaker. Elle, enceinte jusqu’au cou (« j’étais une baleine échouée dans mon salon »), s’est mise à triturer le matos de son homme pour tuer le temps. Et s’est lancée dans l’aventure du beatmaking.

Malayalam Beats – Son premier EP reprend des chansons que lui chantait son père quand elle était enfant. « Quand j’ai commencé le beatmaking, ma culture musicale était nulle ! Mes parents étaient assez stricts sur ce que j’avais le droit de voir / entendre étant ado ».

En live – The Marv a eu l’occasion de faire pas mal de sets en live, de bonnes expériences à chaque fois. « En live, comme j’ai beaucoup de pistes par morceau, j’en superpose quelques unes à l’avance. Mais j’en pose plusieurs en direct, notamment les rythmiques de base du morceau ».

Pour écouter ses morceaux : http://themarv.bandcamp.com

Face B : Parveen, responsable de Ruche

Parveen, puisque c’est son nom dans le civil, est responsable d’une ruche. Non pas celle avec les petites abeilles dedans, mais une « ruche qui dit oui », une communauté de producteurs et consommateurs qui fonctionnent en circuit court.

Son rôle – Parveen est responsable de la Ruche Paris 10. Elle est donc le lien entre les producteurs et les membres inscrits à la Ruche. C’est elle qui a trouvé tous les producteurs participants : « Il y a fallu un an avant l’ouverture de la Ruche pour trouver des producteurs répondant aux critères : proximité, éthique, et qualité ».

Au quotidien – Tous les mercredis de 18h à 20h, Parveen, quelques bénévoles et les producteurs apportent les produits commandés sur le site de la Ruche. Cela se passe dans le cadre ultra cool du Café A, tantôt sous les arcades, tantôt dans le jardin : le pied ! Parveen visite régulièrement les exploitations pour maintenir le lien, voir si les conditions de collaboration continuent d’être réunies. « Chaque responsable de Ruche place le curseur de la qualité souhaitée ». Et là-dessus, Parveen fait les choses sérieusement.

Pour en savoir plus sur les Ruches : www.laruchequiditoui.fr

En aimerait qu’il y en ait davantage en Picardie, d’ailleurs. Mais bon, on dit ça, on dit rien, hein…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *