Festival

Igit ou le syndrome de la culotte qui palpite

9 juin , 2015   Gallery

Igit n’est pas ce qu’on pourrait appeler un chanteur à minettes, mais il est victime de sa belle gueule tourmentée, de sa voix rauque et de son côté bohème. Il y avait donc de l’agitation hormonale à Clermont ce samedi soir (bon, il y en avait nettement moins quelques heures plus tard pour Lofofora). Igit, on ne le connaissait pas, on ne savait pas qu’il avait été candidat à une émission de TF1, ce qui nous a évité d’arriver avec nos préjugés dans le sac à dos. Mais bon, maintenant qu’on le sait, disons-le : Igit, c’est commercial, c’est de la merde ! Mais nooooon va ! Voilà un artiste qui propose de belles émotions à travers ses chansons, souvent mélancoliques et un peu torturées. Igit chante tantôt en anglais, tantôt en français, dans une ambiance toujours intimiste et feutrée, joliment créée par ses musiciens. Souhaitons-leur une belle et longue route.

, ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *